Brutalité et atrocités au nom de civilisation et de progrès... Comment Gaza nous a-t-elle libérés de l'époque de la captivité occidentale ?

Brutalité et atrocités au nom de civilisation et de progrès... Comment Gaza nous a-t-elle libérés de l'époque de la captivité occidentale ?

Samedi, Février 3, 2024 Société Géopolitique

L'homme a honte lorsqu’il s’assoit devant l’écran de télévision, ou de n’importe quel écran d’appareil intelligent, pour suivre les analyses d’analystes et d’experts. En raison du déplacement et de la perte de vies innocentes d'enfants, de femmes et de personnes âgées qui ont lieu à Gaza.

Ce sentiment de honte vient d’un sentiment d’impuissance, non pas de l’incapacité à comprendre et à appréhender ce qui se passe, mais plutôt de l’incapacité d’agir, de bouger et d’influencer le cours des événements.

Y a-t-il quelque chose de plus honteux que le monde entier incapable d’imposer un cessez-le-feu et de bombarder depuis le ciel des civils sans défense ? Nous pensions que l'humanité avait fait des progrès en matière de civilisation et que notre monde avait établi des normes juridiques et un système moral qui ne permettaient pas le génocide des peuples ni les scènes de nettoyage ethnique et de déplacement massif, jusqu'à ce que l'agression israélienne sur Gaza vienne nous prouver que l’humanité d’aujourd’hui avait atteint le fond de la décadence morale.

Les atrocités qui se produisent aujourd’hui à Gaza interrogent la conscience humaine plus que tous les événements terribles de l’histoire. Jamais auparavant l’humanité n’a été témoin, comme c’est le cas aujourd’hui, de massacres humains en direct.

Dans les époques précédentes, ces massacres étaient livrés aux gens sous forme de nouvelles, et les nouvelles comportent la possibilité de la vérité ainsi que des mensonges, et elles peuvent aussi être sujettes à des exagérations dans la langue, ce qui peut expliquer la confusion des positions et les hésitations dans les jugements. Cependant, aujourd’hui, alors que nous sommes témoins en audio et vidéo de l’horreur de ce qui se passe à Gaza, nous n’avons pas de place pour l’interprétation ou l’examen minutieux des sources et des informations ; Soit nous acceptons l’horreur de ce qui se passe à Gaza à notre époque, soit nous le rejetons.

Nous pensons que les enseignements divins et les lois humaines n’acceptent aucune justification, aussi rationnelle soit-elle, pour justifier les crimes odieux contre les humains qui se produisent à Gaza.

C’est pourquoi nous nous interrogeons sur la nature de l’époque à laquelle nous appartenons et sur la manière dont de tels crimes sont autorisés. Est-ce l’ère de la modernité, du post-modernisme, ou une nouvelle ère dont les secrets n’ont pas encore été dévoilés et dont les traits ne sont pas encore clairs ? Gaza nous demande : « Où allons-nous » ?

Certains pensent qu’aujourd’hui nous sortons de la scène postmoderne et entrons dans une nouvelle ère dans laquelle émerge un nouvel horizon civilisationnel. Parmi eux se trouvent ceux qui ont tendance à qualifier la nouvelle période de « post-postmodernisme », malgré la nature faible de ce terme.

Certains d’entre eux préfèrent le mot (Métamodernité / Métamodernisme), et ils donnent à (Méta) le sens de « ce qui est au-dessus » ou « au-delà » au lieu de son sens originel, qui signifie « après » dans la langue grecque, tout comme le latin. (Post).

Alors que je lisais le livre de Hanzi Freinacht « The Listening Society », ce livre qui comprend une tentative sérieuse de décrire les caractéristiques d’une société « post-moderne », je me suis demandé : Gaza est-elle concernée par de tels discours ? La réponse était : Oui, Gaza souhaite savoir à quelle époque est en train d'être anéantie aujourd’hui ; Est-ce à l’époque de la Modernité, du Postmodernisme ou du Métamodernisme ?

Gaza est en train d'être anéantie dans une phase de transition, entre une époque qui a prouvé la faillite de son système mental et moral, qui est l'époque post-moderne dans laquelle la modernité a été démantelée ; Il existe une nouvelle époque pour laquelle les théoriciens disent : elle combinera les avantages du patrimoine, de la modernité et du post-modernisme, élevant l’homme à un degré supérieur d’humanité et permettant également la réalisation de ce dont cet homme a rêvé tout au long de l’histoire.

L'une des caractéristiques d'une société post-moderne est qu'elle est une société qui utilise des outils technologiques pour analyser tous les contenus, nouvelles et significations, qu'ils soient des temps anciens ou nouveaux, d'ici ou d'ailleurs. L’une de ses caractéristiques est aussi d’exposer aux yeux du monde ce qui se passe dans le monde.

Tout se passe comme si les outils technologiques nous permettaient de pénétrer dans toutes les profondeurs, dans la profondeur de l'histoire et dans la profondeur de la réalité. Tout est devenu visible. Cela nous amène à croire que l’arène du crime va se rétrécir face à l’expansion de l’arène de la vertu, et que notre époque n’aura pas assez de temps pour des crimes comme ceux dont on a été témoin à Gaza.

C'est avec regret que la réaction du monde aux événements de Gaza nous prouve que notre situation dans la nouvelle ère n'est pas meilleure que notre situation dans l'ère actuelle.

Il est vrai que les images du génocide à Gaza remplissent tous les écrans ; Cependant, il n'en est pas moins vrai qu'il s'agit d'images temporaires qui s'installent à peine dans la conscience ou l'imagination jusqu'à ce qu'elles soient suivies par d'autres images, des images de corps nus, des matchs de football, des seines drôles, des informations scientifiques ou des scènes divertissantes. Tout se passe comme si les images du génocide s’intégraient à d’autres images qui ouvrent la voie et préparent la scène générale. Satisfaire le désir de l'homme de s'immerger dans l'examen de ce qui s'est passé et se passe en tout temps et en tout lieu.

Le temps attendu n’est pas plus clément envers Gaza que le temps prévisible, mais c’est plutôt une prolongation du temps de l’homme, cet homme caractérisé par l’arrogance et la tyrannie. Modernité, post-modernisme et méta-modernisme ne sont que des noms qui cachent une tendance à la tyrannie et à l’esclavage.

La lutte de Gaza aujourd'hui pour sa survie est la lutte de toute l'humanité pour se libérer du pouvoir de cet être humain autoritaire et tyrannique qui est enclin à asservir les autres et à les soumettre par la tyrannie et la force des armes.

Dans ce contexte, je ne peux m'empêcher de faire écho à la phrase de Kenneth White appelant à quitter " l'autoroute de l'Occident ". Par cette phrase, White souligne que la crise est trop grande pour être résolue simplement en passant de la modernité au postmodernisme, puis au méta-postmodernisme, comme si nous entrions dans le règne de quelqu'un qui cherche à rompre avec quelque chose de familier en recourant à quelque chose de nouveau.

Pour sortir les sociétés de la crise dans laquelle elles se débattent aujourd'hui, il faut un autre être humain, autre que l'être humain de force matérielle, brute, l'être humain arrogant de sa supériorité technique et plein d'égoïsme.

Dans ce contexte, je me souviens d'un autre mot que Kenneth White nous répétait lorsqu'il parlait de l'être humain auquel nous devrions aspirer, il disait : nous avons besoin d'un facteur. C'est-à-dire le facteur, au sens figuré, cette personne qui nous apporte un message ; on entend par là celui qui vient succéder à l’homme de la modernité, tout comme le postmodernisme est censé succéder à la modernité.

Les événements de Gaza réorganisent nos relations avec nous-mêmes et avec les autres et nous appellent à sortir de l'enfermement de l'ère occidentale dans laquelle l'alliance américano-israélienne a fini par recourir à la force et à nier les valeurs morales régies par la règle de « Piété ». C'est-à-dire avec une force morale qu'une personne trouve en elle-même ; Afin d’empêcher sa puissance matérielle débridée d’être excessive et exagérée dans la destruction et le sabotage.

Ce type d’être humain, produit à l’époque occidentale, israélo-américaine, s’est transformé en une machine qui n’hésite pas à enterrer les enfants vivants. Cela marque la fin de la foi, la déification de l’homme et l’atteinte du summum de l’agression et de la tyrannie.

Il ne fait aucun doute que la faillite morale, incarnée par la destruction systématique des moyens de vie à Gaza, amènera de nombreuses personnes, de races et d’ethnies différentes, y compris de nombreux Occidentaux, à partir en masse depuis l’époque de la déification du monde matériel humain, vers un autre horizon temporel, un temps « moralo-religieux ».

De nombreux indices montrent que le monde d’aujourd’hui continue d’être divisé entre deux camps : un camp qui fait appel à l’esprit humain « éclairé » pour justifier l’anéantissement des autres. Un deuxième camp qui adhère à la morale pour préserver l'âme humaine. On ne peut plus rester neutre.

Les événements de Gaza sont venus nous gifler et nous réveiller des rêves de l’ère occidentale auxquels les cœurs du monde aspirent. Nous sommes amenés à croire que les odieuses opérations de destruction commises au nom de la civilisation, de la raison et des Lumières ont atteint un tel niveau de cruauté, de violence et de folie qu'elles sont devenues, aux yeux des spectateurs, un signe de sauvagerie, manque de raison et obscurantisme.

Après les événements de Gaza, l'Occident, au sens politique, institutionnel, médiatique et militaire, est devenu plus petit aux yeux des peuples de la terre, notamment aux yeux des peuples arabe et islamique, au point qu'il n’existe plus, après que ces peuples le considéraient comme Modèle.

Article d'originehttps://www.aljazeera.net/opinions/2023/12/16/توحش-وفظاعة-تحت-اسم-الحضارة-والتقدم

Pas de commentaire encore
„Merci pour les nouveaux articles.”
⭐⭐⭐⭐
Franc
„Au plaisir de lire vos articles.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Elodie
„Depuis que je suis votre Blog, je suis informé de l'actualité, Merci.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Ismail
Recherche