Elle s'appelait Palestine ...

Elle s'appelait Palestine ...

Mercredi, Janvier 31, 2024 Palestine Histoire Géopolitique

Il y a environ 77 ans, il n’existait aucun pays qui s'appelait Israël sur la carte du monde.

Les cartes du monde publiées avant 1948 portaient le nom de Palestine en leur cœur, pour indiquer la zone à l'ouest du Jourdain, dans la Méditerranée orientale. Avec l’annonce de la création de l’État israélien, les cartes ont commencé à changer, et avec elles la démographie, l’histoire et le récit.

Avant 1948

À la fin du XIXe siècle, avec l'émergence du mouvement sioniste et le début de la migration des Juifs européens vers la Palestine, puis plus tard l'effondrement de l'Empire ottoman et le début du mandat britannique, qui s'était engagé à remplir la Déclaration Balfour de 1917, qui stipulait l’établissement d’une « patrie nationale pour le peuple juif » sur la terre de Palestine, les colonies ont commencé à prendre forme dans le nord, le centre et la côte de la Palestine.

Carte de la Palestine avant 1948

La décision de partage jusqu'à la guerre de juin

Avec la montée du nationalisme arabe palestinien et la croissance rapide et régulière de la présence juive en Palestine, en particulier après l'émergence du nazisme dans les années 1930, les tensions ont commencé à prendre une forme claire entre Arabes et Juifs et se sont souvent transformées en une escalade de la violence, et de nombreux événements ont ouvert la voie à l’émergence de la Grande Révolte Palestinienne en 1936.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Grande-Bretagne décide de céder les rênes aux Nations Unies, qui proposent à leur tour en 1947 la division de la Palestine en deux États, l'un juif et l'autre arabe, Jérusalem et Bethléem devenant des villes sous administration internationale. La partie juive a approuvé le plan, tandis que la partie arabe l’a rejeté.

Le 14 mai 1948, à la veille de la fin du mandat britannique, les dirigeants juifs de Palestine ont annoncé la création de l'État d'Israël, date qui marque la Nakba palestinienne, au cours de laquelle Israël a commis des massacres et déplacé la population palestinienne indigène et ont confisqué leurs terres, leurs maisons et leurs biens.

Avec l’annonce de la création d’Israël, une alliance de quatre armées arabes (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie) est entrée dans une guerre contre Israël, connue sous le nom de guerre de libération de la Palestine.

La guerre s'est terminée en 1949 par une trêve avec ces pays, Israël annexant tout le Néguev, la Galilée, le nord de la Palestine et la côte, à l'exception de Gaza, qui passa sous contrôle égyptien, tandis que Jérusalem-Est et la Cisjordanie passèrent sous contrôle jordanien.

Les pays arabes ont refusé de reconnaître Israël.

La carte de la Palestine en 1948

Après la guerre de juin 1967 (Naksa)

Mais le changement le plus important sur la carte s'est produit en 1967, avec la défaite des Arabes lors de la guerre de juin ou de la Naksa (la guerre des Six Jours en Israël), qui a abouti à l'occupation par Israël de la péninsule du Sinaï, de la bande de Gaza, Jérusalem-Est et la plupart des hauteurs du Golan syrien, ce qui a conduit à tripler sa taille.

La communauté internationale n’a pas reconnu ces mesures, jusqu’à ce que les États-Unis changent leur position officielle concernant Jérusalem sous l’administration Trump et déplacent leur ambassade à Jérusalem en 2018, devenant ainsi la première grande puissance à le faire.

L’opinion publique internationale considère toujours Jérusalem-Est et le plateau du Golan comme des territoires occupés.

La carte de la Palestine en 1967

Après la signature du traité de paix entre l'Égypte et Israël en 1979, les frontières entre Israël et l'Égypte ont été délimitées et Israël a retiré toutes ses forces et ses colons du Sinaï, dans un processus qui s'est achevé en 1982. Ainsi, Israël occupe désormais Jérusalem et le plateau du Golan sur la base des frontières des lignes d'armistice de 1949, à l'exception de ses frontières avec l'Égypte.

Plus d’une décennie plus tard, plus précisément en 1994, la Jordanie a signé le Traité de paix de Wadi Araba avec Israël, faisant de la Jordanie le deuxième pays à reconnaître Israël et les frontières entre eux ont été tracées.

La carte de la Palestine aujourd'hui

Depuis 2005, avec le retrait d'Israël de Gaza, il existe des frontières entre Israël et la bande de Gaza, bien que la bande de Gaza et la Cisjordanie soient toujours, selon la coutume internationale, une seule entité occupée selon les Nations Unies.

Article d'originehttps://arabic.euronews.com/2021/05/17/how-did-palestine-turn-on-the-maps-to-israel-in-just-7-decades

Pas de commentaire encore
„Merci pour les nouveaux articles.”
⭐⭐⭐⭐
Franc
„Au plaisir de lire vos articles.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Elodie
„Depuis que je suis votre Blog, je suis informé de l'actualité, Merci.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Ismail
Recherche