Un penseur égyptien d'Al Jazeera Net : « Le déluge d'Al-Aqsa » est l'occasion pour le Caire de se libérer de Camp David

Un penseur égyptien d'Al Jazeera Net : « Le déluge d'Al-Aqsa » est l'occasion pour le Caire de se libérer de Camp David

Jeudi, Janvier 18, 2024 Géopolitique

Image de Freepik

Le Caire - Le penseur égyptien Muhammad Ismat Seif al-Dawla a consacré sa vie et ses efforts à la question palestinienne et est considéré parmi les penseurs les plus productifs en termes d'écriture, de recherche et de conférences, parmi les écrivains de sa génération, sur la Palestine, son histoire et son présent, pour défendre la question et critiquer la terminologie qui « dilue » le conflit, selon lui.

Avec le déclenchement de l'agression israélienne contre la bande de Gaza, Saïf al-Dawla a publié une série de vidéos et d'articles dans lesquels il a souligné la nécessité pour les autorités égyptiennes de prendre des positions et des décisions fermes concernant l'agression, notamment l'ouverture du terminal de "Rafah" comme un passage palestino-égyptien, le retrait de l'ambassadeur égyptien en Israël et le gel des accords de paix entre le Caire et Tel Aviv.

Qu’est-ce qui empêche la possibilité de mettre en œuvre ces demandes ? 

Toutes ces mesures peuvent être prises et prises même dans le cadre des restrictions des Accords de Camp David. En fait, ce sont des mesures inévitables après une surveillance attentive des risques et des conséquences catastrophiques résultant de la poursuite des accords de Camp David ; Des crimes de génocide et de déplacement à Gaza.

Dans son entretien avec Al Jazeera Net, Saif al-Dawla espérait qu'une tendance officielle égyptienne s'était désormais cristallisée en faveur de la nécessité d'une escalade diplomatique et politique contre Israël.

Vous avez écrit sur ce qui est possible pour l'Égypte, comme le gel de certains articles des accords de Camp David, l'expulsion de l'ambassadeur israélien, l'ouverture et le creusement de tunnels supplémentaires, la menace de fermeture du canal de Suez, et d'autres mesures. Déclaration de guerre du Caire ?

Au contraire, c'est l'occasion historique pour l'Égypte de se libérer de la prison des accords de Camp David et des restrictions imposées par les Américains et Israël depuis 1979. L'Égypte est désormais exposée à de graves menaces et à de graves dangers qui peuvent menacer l'existence du pays. Cela donne à tout pays le droit de geler tout accord ou traité international qui restreint sa capacité à se défendre et à protéger sa sécurité nationale.

Le fameux épouvantail que le groupe de Camp David n'a cessé de promouvoir, selon lequel toute violation par l'Égypte de ses obligations conventionnelles signifierait la guerre, est un gros mensonge. Tous les pays souverains ont le droit de retirer et de reconsidérer tous leurs traités, selon leurs intérêts, selon leurs propres intérêts et selon les circonstances changeantes, sinon ce sont des traités coercitifs.

L'excuse qu'ils ont toujours utilisée, selon laquelle la violation du traité exposerait à nouveau le Sinaï aux dangers de l'occupation israélienne, n'a plus de place pour être utilisée comme excuse aujourd'hui, car le Sinaï est déjà exposé à un danger grave et immédiat, et le seul meilleur moyen de le repousser est de pousser le plus grand nombre de forces armées égyptiennes jusqu’à la frontière internationale avec la Palestine occupée, en violation et gel de l’article 4 du Traité et de son annexe de sécurité.

Et si vous étiez actuellement au pouvoir, que feriez-vous ?

Si j'étais chef de l'État, je prendrais les mêmes décisions que j'exige de l'État aujourd'hui. Les autorités des pays arabes sans leur peuple sont impuissantes face aux Américains et je crois que la seule alternative dans de telles circonstances est d'utiliser plutôt sa colère comme contre-pression pour forcer les États-Unis et la communauté internationale à accepter ce qu’ils ne peuvent pas accepter de la part des institutions officielles au pouvoir.

Les peuples ont des pouvoirs de persuasion particuliers, comme cela s’est produit lors de la révolution de 2011, lorsque le conseil militaire alors au pouvoir a demandé à Israël immédiatement après la révolution de mettre fin à son agression contre Gaza parce qu’il n’avait plus de contrôle sur les manifestations dans la rue, qui ont assiégé pour la première fois l'ambassade d'Israël en avril 2011. Ce qui s'est répété avec la publication du film insultant le Messager, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, et le déclenchement de manifestations autour des ambassades américaines en Égypte, en Libye et dans d'autres pays arabes et islamiques. Ce qui a contraint les Américains à retirer le film et à s'excuser.

Les Égyptiens regrettent l’époque du défunt président Hosni Moubarak après son renversement, en ce qui concerne la gestion de la bande de Gaza. Le régime de Moubarak avait-il vraiment la meilleure attitude politique possible à cette époque ?

Moubarak est reconnu pour avoir rejeté de nombreuses demandes israéliennes, que les autorités égyptiennes ont finalement acceptées, notamment la démolition des tunnels que Moubarak avait laissés comme débouché pour la bande de Gaza, ainsi que la demande d'Israël d'évacuer la zone frontalière et d'établir une zone tampon.

Durant les années du règne de Moubarak, les forces d'opposition politique ont organisé des mouvements, des événements et des activités distincts et influents en faveur et en secours à la Palestine contre Israël, contre les Accords Camp David et l'invasion américaine de l'Irak.

Qu’en est-il de la position arabe ?

La position arabe actuelle en général est différente de ce qu'elle était à l'époque de Moubarak, et c'est ce qui peut être lu dans la déclaration finale du sommet conjoint arabo-islamique, qui était différente de nombreuses déclarations précédentes, et l'explication est la suivante : l'ampleur des événements, des crimes et de la guerre d'extermination auxquels les Palestiniens sont exposés, et en raison des menaces israéliennes contre l'Égypte de mettre en œuvre le plan de déplacement forcé des Palestiniens vers le Sinaï, et en raison de la colère populaire arabe écrasante qui pourrait ébranler les trônes et les armées arabes si les régimes arabes ne prennent pas l’initiative de faire pression avec toutes les cartes dont ils disposent pour mettre fin à l’agression et sauver les Palestiniens.

La déclaration diffère radicalement des positions américaines et européennes qui sont identiques à la position sioniste, qui réaffirment et réitèrent qu'Israël a le droit de se défendre. Cependant, la déclaration, en revanche, n'a pas franchi les lignes rouges américaines, a évité toute menace, voire menace d'imposer des sanctions aux États-Unis ou à Israël, si l'agression ne s'arrêtait pas immédiatement, et c'est une faiblesse fatale qui peut rendre la présence ou l'absence d'une déclaration identique.

Mais cette position arabe officielle, qui est en contradiction avec les positions de l’Amérique, de l’Europe et d’Israël, n’est pas une indication de la possibilité d’arrêter le train de la normalisation arabe avec Israël, et il est trop tôt pour en juger parce que nous ne le savons pas encore.

Quant aux partis et syndicats égyptiens, leur position sur ce qui se passe est-elle adéquate ?

Malheureusement, il existe une énorme différence entre la position des syndicats et leur adéquation, et il existe quelques mouvements et tentatives de la part des syndicats professionnels, mais ils n'ont pas encore abouti à des activités fortes et influentes. Cela peut être dû aux longues et difficiles années de l'interdiction et le siège, et j'espère qu'ils parviendront à retrouver l'élan des années avant et pendant la révolution.

Quant aux Égyptiens ordinaires, ils réagissent avec une impulsion claire et généralisée aux événements, et aucun changement n’est survenu. C’est la position naturelle et permanente des Égyptiens, et avec eux de tous les peuples arabes, jusqu’à ce que toute la vie politique soit soumise à un siège et à des restrictions sévères. La question la plus correcte est : quelles sont les raisons qui ont limité la capacité des Égyptiens à interagir avec la question palestinienne ces dernières années ?

Cette interaction actuelle démontre que parier sur la conscience collective égyptienne du conflit est porteur d'un plus grand espoir de transformation de la politique égyptienne en faveur de la cause palestinienne, ce qui pose la question d'accroître cette conscience dans la catégorie des devoirs et obligations, et si cela n’est pas fait et que toutes les élites intellectuelles et politiques s’y précipitent, l’histoire leur demandera des comptes.

Les Égyptiens, en particulier, pourraient offrir beaucoup de soutien et d’assistance si la sphère publique était rouverte et si l’interdiction et le siège imposés aux forces politiques d’opposition de toutes les factions étaient levés.

Quel bilan faites-vous de la campagne de boycott populaire parmi les Égyptiens des entreprises qui soutiennent l’occupation ?

Le boycott, qui s'est propagé comme une traînée de poudre et auprès de tous les groupes et de toutes les générations, a réussi à obtenir des résultats réels sur le terrain, causant d'énormes pertes aux entreprises boycottées, et la raison de son énorme succès est qu'il s'agit d'une activité qui ne nécessite aucune approbation sécuritaire, de sorte que le boycott soit le seul recours, après l'incapacité des Égyptiens à agir dans la rue manifestée pour la Palestine, suite à la récente interdiction du droit de manifester et à l'arrestation de quiconque manifeste sur ordre des autorités.

Les autorités sont-elles vraiment sérieuses en refusant le déplacement des Palestiniens vers le Sinaï ?

Le pouvoir prend très au sérieux son rejet, et ce rejet ne se fait pas sentir, ni au sein du pouvoir ni dans l'opposition, car le projet de déplacement forcé des Palestiniens vers le Sinaï menace non seulement la sécurité et la souveraineté de l'Égypte, mais menace également l'existence même de l'Égypte, de l’État lui-même, ainsi que de la légitimité et de la survie du gouvernement et des dirigeants eux-mêmes.

Article d'originehttps://www.aljazeera.net/politics/2023/11/17/مفكر-مصري-للجزيرة-نت-طوفان-الأقصى

Pas de commentaire encore
„Merci pour les nouveaux articles.”
⭐⭐⭐⭐
Franc
„Au plaisir de lire vos articles.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Elodie
„Depuis que je suis votre Blog, je suis informé de l'actualité, Merci.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Ismail
Recherche