Washington Post : Les Arabes commencent à s’interroger sur leur place dans le monde en 2024

Washington Post : Les Arabes commencent à s’interroger sur leur place dans le monde en 2024

Vendredi, Février 2, 2024 Société Arabe

L’écrivain Abdul Rahman Al-Jundi a déclaré, dans un article du journal américain The Washington Post, que les récents événements à Gaza ont amené les Arabes à dire que « ce monde n’a jamais été construit pour les accueillir ».

Al-Jundi a ajouté que même dans les cercles les plus progressistes, les Arabes représentent un État perturbé qui ne peut être toléré.

Il a ajouté que la situation des Arabes entre les patries qui les ont écrasés et les pays d'exil semble signifier qu'il n'y aura pas de vie avant la mort, et si c'est ce que ressent l'individu « Normal », alors quel est le sort des Palestiniens à Gaza ?

Al-Jundi a déclaré qu'il savait que la façade de la supériorité morale occidentale s'était effondrée et a appelé les Arabes à se débarrasser du sentiment « d'infériorité interne » et à œuvrer pour "revenir à la langue et à l'histoire : notre langue et notre histoire et se rassembler autour de notre chagrin et de nos gémissements collectifs".

Questions fondamentales

L’auteur a déclaré que les Arabes se posent désormais des questions fondamentales sur leur place dans le monde, car ils commencent à réaliser que leur « contrôlabilité » ne représente pas un échec du système mondial, mais plutôt l’une de ses fonctions fondamentales.

L'écrivain a estimé qu'en quittant l'Égypte en 2020 après sa sortie de prison, il cherchait une nouvelle naissance et à être reconnu comme un corps souffrant, soulignant qu'il n'avait aucune idée romantique sur le rêve américain.

Il a ajouté qu'il était souvent confronté à l'idée condescendante selon laquelle son immigration représentait une poursuite de valeurs plus élevées, et non une évasion du chaos provoqué par les guerres imposées par les États-Unis, ou par les rois et les dictatures militaires que Washington a installés et continue de soutenir ou la dévastation environnementale causée par Washington.

Accusations contre les Arabes

Al-Jundi a parlé de sa récente participation à un rassemblement pro-palestinien à Pittsburgh, aux États-Unis, où les manifestants portaient des pancartes de solidarité, scandant « Mettez fin à l’occupation » et « Cessez le feu maintenant ».

Puis les manifestants ont rapidement scandé : « Nous, les Arabes, sommes respectueux, civilisés et pacifiques. Nous ne sommes pas antisémites et nous ne sommes pas des sauvages comme ils le prétendent. »

Soudain, l'écrivain a entendu sa femme crier, tandis qu'un grand Américain blanc et chauve la jetait à terre, ainsi que plusieurs autres manifestants, et commençait à injurier les manifestants et à les qualifier de dégoûtants, avant qu'un groupe de manifestants ne l'entoure et le pousse vers la police présente sur place.

Il a poursuivi : "Le regard dans ses yeux était inoubliable, un regard non rempli de haine ou de violence, mais avec la certitude qu'il ne serait jamais décrit comme un terroriste ou un barbare", car ce sont des descriptions qui semblent être spécifiques aux Arabes uniquement.

Article d'originehttps://www.aljazeera.net/news/presstour/2023/12/30/مقال-بواشنطن-بوست-العرب-بدؤوا

Pas de commentaire encore
„Merci pour les nouveaux articles.”
⭐⭐⭐⭐
Franc
„Au plaisir de lire vos articles.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Elodie
„Depuis que je suis votre Blog, je suis informé de l'actualité, Merci.”
⭐⭐⭐⭐⭐
Ismail
Recherche